Votre storytelling en 7 étapes

Publié le 27 novembre 2018

Le storytelling ou l’art de raconter des histoires qui marquent et engagent. Les histoires, on en raconte depuis la nuit des temps. Les meilleures sont celles qui nous inspirent et dont on se rappelle facilement. C’est pareil pour le web. Les marques, qui racontent les meilleures histoires, rencontrent souvent les plus gros succès. Ce sont celles avec lesquelles on a généralement le plus d’affinité. Comme Michel et Augustin, par exemple, qui engage sa cible émotionnellement sur les réseaux sociaux.

 

On vous propose 7 étapes pour lancer votre storytelling et vous démarquer sur le web.

1A qui je m’adresse ?

Identifiez vos cibles, leurs besoins, leurs valeurs, leurs motivations, leurs préférences… La meilleure option : utiliser l’atelier persona pour dresser le portrait de vos cibles.

L’objectif : comprendre vos cibles pour savoir comment leur parler pour leur donner envie de travailler avec vous ou d’acheter vos produits. Cela vous permettra d’adopter le bon ton et d’utiliser les mots-clés adaptés pour les toucher.

 

2 – Qu’est-ce que je veux raconter à propos de moi / mon entreprise ?

Quel est mon objectif en communiquant avec ma cible ? Quel message est-ce que je veux lui faire passer ? Vous pouvez par exemple communiquer sur un engagement environnemental ou sur une nouvelle offre de votre entreprise.

Attention : votre message doit rester cohérent par rapport à qui vous êtes, vos valeurs, et ce que vous proposez. Sinon vous risquez de créer de la confusion et perdre en crédibilité auprès de votre cible.

 

3 – Quelle est l’émotion que je veux transmettre ?

Derrière l’engagement, il y a de l’émotion. Si vous voulez interagir avec vos cibles, il faut susciter une valeur émotionnelle. En effet, lorsqu’une histoire vous touche, vous avez généralement envie d’en parler, de la partager. Cette technique est très répandue notamment sur les réseaux sociaux.

Pour vous inspirer, voici une pub IKEA avec un storytelling vraiment très bien fait.

Beaucoup de marques détournent aussi des actualités pour créer le buzz. C’est le “Newsjacking” !). Elles ont souvent recours à l’humour pour créer de l’engagement ou pousser à l’action. Et ça marche plutôt bien ! Tout l’art est de savoir comment bien s’y prendre (cet article sur le Newsjacking vous apportera quelques clés).

 

Exemple excellent et impertinent de la marque O’Cedar :

 

4 – Quelle est l’histoire que je raconte ?

Maintenant que vous avez tous ces éléments en main, vous pouvez élaborer votre histoire. Quelle est l’intrigue, quels éléments entrent en jeu, quels rôles jouent les personnages,… ?

Ce qui est important : être créatif, innover, tout en restant cohérent par rapport aux précédentes étapes. Vous devez donc vous assurer d’adopter le bon ton et le style d’écriture qui parlent à vos cibles. Assurez-vous surtout que le message que vous voulez transmettre est suffisamment clair.

 

5 – Quel format j’utilise ?

Est-ce une histoire longue ou courte ? Selon la longueur, il faudra utiliser des formats différents. Pour une histoire longue, vous pouvez publier plusieurs épisodes de manière régulière sur les réseaux sociaux.

Cela vous offre un double avantage : vous créez du contenu de qualité (le slow content) et en plus vous instaurez un rendez-vous avec vos auditeurs (par exemple, un rendez-vous hebdomadaire pour un épisode publié par semaine).

Voici un très bon exemple qui va vous donner faim : Tastemade a lancé une mini série sur le thème de la gastronomie ; un épisode tous les mercredis pour retrouver Alice en quête d’aventures culinaires dans Paris.

6 – Quels supports je mets en place ?

Selon les médias de communication que vous utilisez, il faudra adapter vos supports. Par exemple, priorisez les contenus visuels pour des plates-formes comme Instagram ou Pinterest. Les articles sont, quand à eux, plus adaptés pour LinkedIn.

De manière générale, les contenus visuels (photos, infographies) ont plus d’impact qu’un simple contenu écrit.
Ce qui marche le mieux : la vidéo qui génère un niveau d’engagement plus élevé (sauf pour Instagram où les photos ont l’avantage). D’ici 2020, la vidéo représentera plus de 80% du trafic sur internet (selon les estimations de Cisco). Alors vous savez ce qu’il vous reste à faire… 

Un dernier conseil : les supports de communication mis en place doivent s’adapter à votre histoire et celle de vos cibles. Comme vous adaptez votre message à une cible spécifique, vous devez aussi choisir sa ou ses plates-formes de prédilection et le type de contenus qu’elle préfère. Snapchat pour les 18-24 ans et LinkedIn pour les plus de 30 ans, par exemple. N’hésitez pas à consulter les statistiques sur les réseaux sociaux pour faciliter votre choix.

Il n’y a pas que les réseaux sociaux ! Pensez aussi à intégrer le storytelling sur votre site.

Voici deux exemples très différents dans la forme et le fond et qui s’adaptent parfaitement à leurs cibles : 

 

7 – Et ensuite ? C’est maintenant que la véritable histoire commence !

C’est celle que vos visiteurs racontent en réagissant à vos contenus. Le travail est loin d’être terminé une fois que tout est publié. Il faut interagir ensuite avec vos cibles pour faire perdurer l’histoire. En répondant à leurs commentaires, vous leur montrez que vous êtes présents et que vous vous intéressez à eux. Cela crée un engagement plus fort auprès de votre entreprise.

 

Finalement, le storytelling c’est avant tout une histoire de liens. Il commence avec vos utilisateurs, un message, des émotions. Il faut savoir utiliser les bons supports et rester attentif aux réactions de vos visiteurs. Et puis, une bonne plume créative est toujours la bienvenue ! 😉

 

Posez toutes vos questions en commentaire ci-dessous, on y répondra avec plaisir !

Votre avisnous intéresse

Poster un commentaire sur cet article !

Quelques réalisations en lien direct

Influx digital